Petite présentation

Je me pose beaucoup de questions. Sur moi évidemment, sur les autres, sur le temps qui passe, l’environnement, la vie, ce qui peut se passer après la mort ou pas. Toutes ces questions sont omniprésentes dans ma tête, je vais choisir un thème de ma lente introspection selon mon humeur ou ma journée. Le choix plutôt aléatoire et variable n’enlève rien à l’importance de cette remise en question perpétuelle. Est-ce une bonne chose ou non, je ne saurai répondre à cette question, est-ce vraiment utile, je ne sais pas non plus. Ce que je sais, c’est que c’est un besoin, le besoin de s’exprimer et de se dire « je cherche ma place et un jour j’arriverai à trouver qui je suis vraiment ». En attendant cette révélation, que j’espère divine, le temps passe, les personnes grandissent et les gens changent.

Nancy. Je ne vais pas faire l’éloge d’une ville que je ne connais pas spécialement. Mais je vais simplement m’amuser à décrire ce que je vois, ce que je vis et ce qui pourrait être intéressant. Je ne vois pas Nancy comme une ville extraordinaire, je la vois comme un lieu que je connais, une maison,  un lieu familier. Ça fait longtemps que j’habite à Nancy, au début avec ma mère, aujourd’hui avec mon copain. Avec un petit entre deux de 30m2 où je vivais seule. Je pense à la première fois où j’ai habité seule, quand j’ai emménagé avec mon copain, la première fois où je suis allée faire les courses seule ou allée courir seule, au cinéma seule… Bref, c’est un peu la ville des premières fois.

Ici s’ouvre un endroit d’expression simple et libre.

Libre comme l'art
Libre comme l’art

Nuages et compagnie

J’ai l’impression que le mauvais temps amène la mauvaise humeur. Un concept que je ne comprends pas. Est-ce une réaction volontaire ou involontaire ? Est-ce que les gens cèdent et répondent au mauvais temps par : « Bon j’ai froid, je vais faire payer tout le monde pour ça. »  Je rêve de voir le contraire, SERRONS-NOUS LES COUDES face à ce temps qui perturbe notre métabolisme de toute évidence. Si vous n’acceptez pas le mauvais temps, il ne faut pas habiter ici.

J’aime bien la pluie et j’adore les orages. Mais c’est sûrement un rappel de la Nature, pour nous dire attention, vous n’êtes rien face à moi, alors aidez-vous les uns les autres car je suis votre ennemi commun.

En tout cas j’aime les regarder mais de loin. Je suis une esthète, pas une inconsciente, j’aime la beauté tant que mon confort n’est pas perturbé. Condescendant ? Peut-être.